Écrire des Dialogues

Est-il dif­fi­cile d’écrire des dia­logues ? Le dia­logue comme reflet du monde réel. Il faut savoir bien écouter.

Tom Chiarella

Ce livre vous fera faire un pas de géant dans ce reg­istre incon­tourn­able de l’écriture.

Plus un roman veut touch­er le grand pub­lic, plus il doit utilis­er de dia­logues, et il peut arriv­er que ceux-ci occu­pent jusqu’à 50 % de la sur­face du texte. Dans un réc­it, il y a pas­sage au dia­logue quand l’auteur ne se con­tente plus de résumer ce que les per­son­nages dis­ent ou pensent, mais quand il les laisse s’exprimer eux-mêmes. Ce qui relance l’intérêt et l’attention du lecteur, qui a l’agréable impres­sion de se trou­ver plus près de la scène où se déroule l’action. On est déjà, quelque part, entre l’imaginaire et le visuel.

On entend presque des voix, et on entre encore plus dans le texte… dans l’histoire.

Alors pourquoi est-il si dif­fi­cile d’écrire un dia­logue ? Beau­coup d’écrivains sont maîtres en la matière, eux qui savent faire sur­gir l’intrigue et forg­er des scènes entières grâce au dia­logue. Un bon dia­logue ne ressem­ble à aucun autre pas­sage d’une his­toire, dans la mesure où il doit, du moins devrait, don­ner l’impression d’être un événe­ment en lui-même. De tous les élé­ments du roman, un bon dia­logue s’efforce de refléter le monde avec le plus de fidél­ité.

Comme pour toute forme d’art, écrire des dia­logues passe par un appren­tis­sage et des exer­ci­ces plus ou moins dif­fi­ciles mais, heureuse­ment, tou­jours pas­sion­nants comme l’est du reste l’écriture. Ce livre vous fera faire un pas de géant dans ce reg­istre incon­tourn­able de l’écriture. 160p., 22 euros.


COMMANDER CE LIVRE